FFME iMag - Le magazine de la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade - 11 : Décembre 2016

Archives

Toutes les vidéos

Aide

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

11-rencontres-expe1.jpg Gérôme Pouvreau, Florence Pinet, Mathieu Maynadier et Charlotte Barré sont partis cet été dans la vallée du Karakorum au Pakistan.
11-recontres-expe2.jpg
11-renc-expe1.jpg
Fred Degoulet, Robin Resvest, Hélias Millerioux et Benjamin Guigonnet sont partis à l'assaut du Nupse.
11-renc-expe2.jpg
11-renc-expe4.jpg
Les lauréats de la bourse « jeunes » Symon Welfringer, Hugo Dherbey et Hugo Maquair.
11-renc-expe5.jpg
Retour En avant

Bourses expéditions 2016

Trois cordées, trois récits

La Géorgie, la vallée du Karakorum au Pakistan et le Népal. La FFME a aidé trois cordées à réaliser leur expédition cette année. Les lauréats nous racontent leurs aventures.

Que sont les bourses expéditions FFME ? « Elles s'inscrivent dans la tradition et l'engagement de la FFME à promouvoir le bel alpinisme. Chaque année, la fédération aide trois projets, une expédition jeunes qui est une sorte de coup de pouce pour ce qui est souvent une première expédition, et deux expéditions ciblées ouverture dans des massifs peu connus ou exploration et performance », explique Antoine Pêcher, conseiller technique national alpinisme à la FFME.


Les critères ? Il faut avant tout que les projets s'inscrivent dans la mouvance de l'alpinisme moderne. Il faut bien-sûr qu'il y ait un véritable intérêt tel que le considère la FFME dans le choix du projet et qu'il soit cohérent avec le niveau technique, physique et l'expérience de ses protagonistes. Il faut aussi qu'il soit original et qu'il mobilise les techniques de l'alpinisme et non de pratiques connexes.


En 2016 trois projets ont été soutenus par la FFME. Petite présentation.


Bourse « ouverture » : ça équipe dans le Karakorum


Gérôme Pouvreau, Florence Pinet, Mathieu Maynadier et Charlotte Barré sont partis cet été dans la vallée du Karakorum au Pakistan. Objectif ? Ouvrir une grande voie sur un big wall dans cette région du monde où peu de grimpeurs ont pour le moment mis les pieds.


« Le Kashmir est une région en guerre permanente. Pour obtenir le droit de s'aventurer dans le Karakorum, il y a pas mal de formalités à remplir. C'est très contrôlé et donc très difficile d'accès. Par voie de conséquence, il y a là-bas encore beaucoup de montagnes vierges. On cherchait ce côté aventureux, ce projet où tout reste à faire », raconte Florence Pinet, ancienne grimpeuse de l'équipe de France d'escalade.


Cinq semaines. Voilà le temps que se sont donnés les quatre compagnons de cordée pour dénicher la perle rare. Rare ? « Pas tant que ça en fait. C'est une région vraiment riche en possibilités et par la force des choses encore très peu fréquentée. » L'équipe finit par trouver un beau mur de 400m. Ils y ont ouvert une dizaine de longueurs, qui vont jusqu'au 7e degré. « Si la région devient un peu plus facile d'accès un jour, elle deviendra assurément un endroit très prisé des grimpeurs. Il y a tant à faire... », conclut la jeune femme.


Bourse « performance » : à l'assaut du Nupse


La face Sud du Nupse est aussi large qu'infréquentable. « Rendez-vous compte, elle fait 5km de large et seuls 4 voies y ont été imaginées », explique Fred Degoulet, un des quatre membres de l'expédition soutenue par la FFME avec Robin Resvest, Hélias Millerioux et Benjamin Guigonnet.

L'itinéraire imaginé par la cordée est le 4e à serpenter la face. Pour l'imaginer, ils n'ont eu qu'une série de photos et quelques informations rapportées par Stéphane Benoist qui a déjà grimpé dans la face. « On n'était pas sûr que notre ligne était réalisable », concède l'alpiniste.


Le défi était donc de taille : il s'agissait tout simplement de compléter la première ascension du Nupse (7861m) en style alpin par sa face Sud. « De nombreuses cordées ont essayé avant nous, mais personne n'est parvenu jusqu'au sommet pour le moment », précise l'alpiniste. Objectif : s'acquitter de la montée en 5 jours et bivouaquer une 6e fois dans la descente. « Quelle ligne ! C'est vraiment un superbe itinéraire, soutenu tout le long, deux/trois longueurs en 5+/6, une longueur en A2/M5 et des pentes à plus de 70°. C'est vraiment extraordinaire », assure Fred Degoulet.


Malheureusement pour la cordée, quelques aléas matériels et de mauvaises décisions aux mauvais moments les priveront du sommet. « Une grosse déception. Nous avons dû renoncer 300m sous le sommet. Mais si nous étions allés au bout, nous aurions risqué de grosses complications. Il faut savoir renoncer », convient l'alpiniste.

Et vous remettez ça quand ? « Dès l'année prochaine ! Aucun doute là-dessus, cette ligne est trop mythique ! » Affaire à suivre !


Bourse « jeunes » : opération Géorgie !


Une destination originale pour les lauréats de la bourse « jeunes » Symon Welfringer, Hugo Dherbey et Hugo Maquair. Ils se sont rendus en Géorgie, pour deux ascensions plutôt singulières.


« Notre expédition s'est déroulée en deux temps avec deux objectifs principaux. Nous sommes tout d'abord partis au camp de base de l'Ushba sud (sommet à 4710m) avec une semaine et demi de vivres dans le but de faire quelques courses d'acclimatation et d’enchaîner ensuite avec l'un de nos projets, la répétition de la voie Myshliaev (1700m, ED+) », explique Symon Welfringer.

« Pourquoi la Géorgie ? Car nous cherchions une destination qui ne soit pas trop lointaine et surtout un terrain sauvage », poursuit le jeune homme. Ils n'ont pas été déçus.


Plusieurs aléas forceront la cordée à modifier ses plans. Un vol, puis une mauvaise météo. « Des difficultés qui nous ont poussés à nous focaliser sur notre second objectif, la voie Beknu (2100m, TD+) en face sud du Shkhara, point culminant de la Géorgie à 5193m. Après 5 jours de dur labeur, nous sommes venus à bout de cette face, et cochons la première répétition française de cet itinéraire encore très sauvage », conclut le jeune homme.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo-splashscreen.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même