FFME iMag - Le magazine de la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade - 11 : Décembre 2016

Archives

Toutes les vidéos

Aide

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

11-dos-eliteesc.jpg
10-competition-9.jpg
5-competition-vitesse4.jpg
Anouck Jaubert
Retour En avant

Les clubs FFME

Créer des compétitions pour tous les licenciés

Si la compétition n'est pas un passage obligatoire pour un grimpeur de la communauté FFME, c'est le rôle de la fédération et de ses clubs de proposer des formats de compétition adaptés au plus grand nombre. Et le cas échéant, d'accompagner dans leur progression les licenciés de la FFME.

La fédération a reçu la délégation de l'organisation des circuits officiels de compétition en escalade de la part du ministère chargé des sports. Permettre à l'ensemble de ses licenciés de participer à un circuit de compétitions fait donc partie de ses principales missions.


La FFME est la fédération de toute l'escalade. Et ses clubs doivent permettre à tous d'atteindre leurs objectifs. Qu'il s'agisse de grimper pour la première fois en tête ou de faire sa première croix dans le 7e degré. « Et pour cela, l'offre des clubs doit continuer à se perfectionner, pour proposer aux licenciés un encadrement performant et des séances structurées », explique Damien You, directeur-adjoint de la FFME en charge du haut-niveau.


« S'entraîner pour progresser en escalade, ce n'est pas un gros mot. Des idées reçues persistent chez certains grimpeurs qui refusent d'assimiler l'escalade à une activité sportive comme une autre, avec tout ce que cela implique en terme d'entraînement. Pour vraiment progresser, il faut structurer ses séances et adapter les préceptes de l'entraînement sportif aux contraintes de l'escalade », assume Vincent Caussé, directeur du département compétition de la FFME.


« La pratique de l'escalade est recommandée pour tous, mais ne se pratique pas de la même manière selon les âges et les objectifs de chacun. Le club idéal est en mesure de proposer des séances allant de la baby escalade jusqu'aux seniors. Sans oublier bien sûr l'handi-escalade et le sport adapté. C'est important de structurer son programme en fonction de son public et de permettre à ceux qui ont des ambitions élevées d’avoir les bases nécessaires pour aller au bout de leurs rêves. Acquérir une démarche sportive très tôt est capital pour éventuellement jouer un jour au haut niveau », expose Damien You.


Intégrer une démarche compétitive est logique et complémentaire avec les autres formes de pratique de l'escalade. « Nous sommes persuadés qu'en proposant un objectif de compétition aux clubs, cela les amènera à adapter la façon dont ces derniers accueillent et encadrent leurs licenciés », explique Vincent Caussé.

« Nous nous sommes rendus compte depuis longtemps que lorsque l'on proposait aux clubs des circuits de compétitions adaptés, les entraîneurs construisaient leur cycle de préparation en fonction du cahier des charges », explique Marianne Berger, conseillère technique nationale. Autrement dit, pour avoir un impact sur le quotidien de la pratique des clubs, un des outils à la disposition de la FFME est de proposer des formats de compétition aboutis, allant dans le bon sens considérant l'évolution de pratique.


Un circuit de compétitions plus varié et plus étoffé en s'appuyant sur le travail des clubs


« L'offre de compétition de la FFME doit s'étoffer. Il faut bien comprendre que pour la grande majorité des grimpeurs, la compétition c'est du loisir. Pour qu'ils s'épanouissent encore plus sur nos circuits, il faut penser de nouveaux modèles, moins contraignants à organiser qu'une compétition officielle. C'est un des chantiers de mon département actuellement », assure le directeur des compétitions.


Car le cadre technique national ne souhaite pas que son équipe incarne à elle-seule la réalité de l'escalade sportive. « Nous voulons développer en collaboration avec les ligues et les comités territoriaux des modèles « clés en main » que les clubs pourront facilement s'approprier pour organiser en toute autonomie des compétitions sur leur territoire. Une alternative au circuit traditionnel qui viendraient en complément de l'existant afin que les grimpeurs qui souhaitent faire de la compétition trouvent tout au long de l'année des événements autour de chez eux. Dans leur club ou dans les clubs voisins. Certains comités sont déjà dans cette dynamique depuis plusieurs années, le challenge sera d’étendre ce fonctionnement à l’ensemble du territoire. »


C'est une des évolutions possibles de la compétition à la FFME : développer de nouveaux modèles - moins formalisés, plus adaptables et plus faciles à prendre en main - que les clubs, désireux d'organiser plus de compétitions, puissent s'approprier facilement. Avec comme objectif principal de multiplier le nombre d'événements tout au long de l'année. « C'est dommage d'arriver aujourd'hui à saturation sur certains rendez-vous. Que nous soyons parfois obligés de limiter le nombre d'inscrits. Il faut que tous ceux qui le souhaitent puissent trouver une compétition près de chez eux régulièrement », prône Vincent Caussé.


« Pour ce faire, nous avons donné rendez-vous aux représentants des ligues en début d'année 2017 pour un grand colloque sur l'évolution de la compétition à la FFME. Nous souhaitons que ces acteurs de terrain nous remontent leurs observations et qu'ensemble nous dessinions le futur de la pratique des clubs en escalade sportive, ainsi que celui de la compétition à la FFME. »

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo-splashscreen.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même